Les inlassables assauts du vent parcourraient les cheveux de la frêle magicienne, les reflets cuivrés de sa chevelure dansants tels des faisceaux de feu au centre de la vaste étendue sylvestre que constituait le Weald de Cyrodiil. Marchant d’un pas déterminé, l’étudiante en magie…

- C’est très joli ce que tu écris tu sais.

La petite bestiole verte qui voletait à côté de l’aventurière cessa un instant de grattouiller son parchemin 128k de sa plume magique. Elle regarda Maelicia fixement.

- Naturellement que c’est joli. C’est du style. Toutes les lucioles de Rp ont du style. Que serait le rôle-play sans style ?

- Euh bah oui mais j’aime bien quand tu décris le paysage. J’ai l’impression d’être ailleurs…

La luciole ne répondit pas, visiblement contrariée qu’on mette en doute le réalisme de ses retranscriptions. La jeune fille tenta de se rattraper en changeant de sujet.

- Au fait, quand est-ce qu’on arrive ?
- Ben selon mes prévisions on devrait plus être bien loin. D’après ma carte (la luciole donna l’impression d’appuyer plusieurs fois sur sa plume, qui émit quelques clics sonores) ça devrait être à 200 mètres sur notre droite….

Ils arrivèrent à une zone d’éclaircie, ou la forêt se fit moins dense. La luciole reprit sa rédaction.

- Mais qu’est-ce que c’est que cette odeur ?? s’écria la jeune femme. C’est immonde, on dirait qu’on a entassé des œufs pourris depuis vingt ans dans un terroir à compost !!
- J’crois qu’on est arrivés, fit la luciole, en lui jetant un regard entendu. Elle se réfugia sous la capuche de la magicienne, que celle-ci rabattit afin de mieux la dissimuler, et reprit sa rédaction.

Un souffle de mort, glaçant jusqu’au sang remuait la vaillante aventurière jusqu’aux entrailles, prélude à une rencontre inéluctable et inévitable. L’enchanteresse allait au devant du danger, courageusement, bravant sans hésitation la pesante atmosphère qui semblait s’être emparée de la forêt.

- Ouais bah c’est surtout mon estomac qui est remué si tu veux mon avis, fit Maelicia,, en se pinçant le nez pour éviter d’aggraver la chose, en riant presque tant l’odeur était nauséabonde.
- Mais arrête de m’interrompre sans arrêt !! J’allais écrire que tu allais trouver le nécromancien !
- Le quoi ? C’est CA qui embaume depuis tout à l’heure ?!

- Qui va là ! fit une voix provenant de l’avant. A vingt mètres au devant d’eux se trouvait une forme enveloppée dans une robe noire à capuchon, un couteau sacrificiel tenu au dessus d’un cadavre qui ne lui avait rien fait et qui ne devait certainement pas dater de la veille.

Maelicia ne répondit pas mais ôta sa main de son nez, se préparant mentalement à renvoyer les sortilèges de l’infâme individu. Celui-ci reprit.

- Ah, mé que voi-je ? C’es une belle elf des bois rousse qui viendû à moi ? Je vé t’embrôchû avéc mon coutau pui je te sacrifiraie avèc plésir sur mon hotel !!

- C’est une BRETONNE andouille !! LIS les FICHES de personnages !! gueula la luciole depuis le fond de la capuche de Maelicia.

Le nécromancien s’immobilisa. On entendait distinctement quelques clics provenir de la capuche du sombre individu.

- Bien, é maintenan, goutte à la puissense de Balthazar l’archimoire, imprudente bretonne! s’écria t’il enfin. Il ouvrit les bras et commença à incanter d’une voix gutturale, tandis qu’on pouvait distinctement lire une inscription runique maléfique sur son torse :

                                                          Visité mon skyblog

- Ta signature !! Retire ta signature! hurla la luciole, mais c’était trop tard. Une nuée de petites lumières bleues sortirent d’une crevasse qui s’ouvrait aux pieds du nécromancien, s’agrippant aux pans de sa robe et l’immobilisant tandis qu’il en sortait toujours plus.

- La Fée pash ‘ié !! s’écria la luciole, tremblant de tout son corps au beau milieu de la chevelure de Maelicia, laquelle se demandait si elle devait ou non intervenir.

Les fées entraînèrent le nécromancien dans la crevasse d’où s’élevaient des bruits de coups de feu en même temps qu’une voix tonnait des phrases incohérentes comme « La Sentenze est la mort… » ou encore « Qui, ma pelle ? » ainsi que « Même pas mort !! »

La crevasse se referma. Le nécromancien venait d’être cavéisé. Se retournant vers sa luciole Maelicia vit que celle-ci était blême. Sa plume venait de planter.

Croisant son regard, le petit reptile ailé, les larmes aux yeux, lui expliqua :
- Y’a un avis d’intempéries sur wiwiland. Je ne pourrais jamais envoyer mon post sur le topic Rp ! Bouhouhou, je vais être condamné au sevrage rôlistique aigu…

La bretonne tenta de consoler le petit être qui lui tenait compagnie depuis déjà si longtemps.
- Allons, allons, il doit bien y avoir quelqu’un à qui tu dois pouvoir envoyer tout ça non ?

La luciole de Rp s’immobilisa, comme si elle venait soudain d’avoir une idée géniale. Elle savait exactement où elle pourrait envoyer sa prose…

Trias, infiltré spécial de la Gazette dans la section Rp, si dangereuse et imprévisible.