De nombreux touristes se précipitent chaque année pour voir le monument le plus visité de Wiwiland : La Cave. Malheureusement, les sondages effectués (ndr: A coup de massues par un expert de la procédure : Zoolk) sur les wiwilandais ont prouvés qu'ils étaient les personnes qui connaissaient le moins ce haut lieu d'inculture.

C'est pourquoi aujourd'hui la Gazette vous propose un aperçu de ce lieu mythique qui a traversé les âges sans même une ride, et pourtant, ça cogne dur dès fois entre ces quelques murs humides.

Avant tout, la Cave est le plus grand laboratoire de torture ouvert au monde, où l'on peut admirer :

- Le magnifique Tire-oreille breveté par Isa, qui permet d'atteindre facilement le record de Dumbo en terme de largeur de l'appareil auditif. Souvent utilisé dans les premières années, il a vite découragé les elfophobes qui ne voulaient pas avoir les oreilles pointues (ndr: bande de racistes). Cependant il s'est avéré que cette arme étaient inefficace contre les flooders, puisqu'ils étaient sourds à toutes les injections des modéros, la taille de leurs oreilles n'avaient donc pas d'importance.

- C'est pourquoi NQD s'est penché sur le problème et en a déduit le stupéfiant « Soft-Cushion de NQD » (ndr: quel titre pompeux et prétentieux, en plus il a plagié la terrible inquisition espagnol). Mais apparemment les flooders et autres malfaiteurs postophiles présentaient une résistance inhattendue à cette méthode brutale, inhumaine et insoutenable, d'une violence sans équivalents (à part la torture du fauteil moelleux), pour n'importe quelle personne normalement constituée (ndr: Surtout les crabes des vases). Pourquoi les crabes des vases? (ndr: Retournez à votre article vous, sinon pas de salaire) Oui mais, qu'est ce que les crabes des vases viennent faire la dedans? (ndr: Ben c'est super bon avec de la ciboulette). Ah bon.

- Mdarm eu alors l'idée de créer le Gaveur-Alcoolisé qui permet de faire avaler au patient (patent, pas tant, PAS TANT, PAAAAAS TAAAAAANT; c'est un sous-nom qui lui a été attribué à cause des cris et des conjurations des cobayes) plus d'un litre par seconde. Malheureusement à force d'avaler un mélange d'air et d'alcool, les torturés explosaient, ce qui a été désastreux pour l'image.



La liste est longue, puisqu'il s'agit des résultats d'années de recherche de pointe en la matière. D'ailleurs on peut apercevoir dans le musée une vitrine avec tous les prix Pull-It-There de torture accumulés par l'équipe de Wiwiland. Cependant, la morale nous interdit de vous en montrer plus, car ils pourraient choquer les personnes de tout âge.

Heureusement, il n'y a pas que cela à la cave. En effet, si vous tournez à la première à gauche en suivant le parcours de découverte, vous vous retrouverez devant les toilettes et la boutique de souvenirs, ce qui est vachement bien dans un monument.

Mais certaines personnes seraient peut-être plus sensibles aux charmes des cultures d'ufologues loufoques, fins psychanalystes, qui ont pour mission de bavarder avec les détenus et leur faire comprendre qu'ils ont eu tort. Cela étant, il a été prouvé par un institut de recherche, aussitôt fermé, que les prisonniers en ressortaient convaincus que les topics étaient des messages intersidéraux et que donc il fallait faire attention à ce que l'on y disait, sous peine de se voir envahi par des tas de petits Aubustou qui prendraient le contrôle de la planète Wiwiland.

Pour la suite de la visite, nous avons, en direct, un message différé, oublié quelques temps sur le coin d'un bureau, de Zozio, notre estimé reporter, quelque fois volatil mais toujours litigieux (ndr: C'est pas très sympa ça... Et ce, juste par ce qu'il vous a volé votre article sur la nidation des moineaux en Amazonie...).

Retransmition depuis le phonoscript de Zozio:

'' "J’ai rendez-vous avec la fée. Elle m’a accordé un court entretien suivi d’une visite de l’un des secrets les mieux gardés de Wiwiland : la cave. L’équipe des smarties jaunes nous assure que c’est un lieu indispensable pour maintenir la clarté du forum. Il faut bien avouer qu’elle possède une aura mystérieuse assortie d’une réputation pour le moins douteuse. Le manque d’investigation journalistique n’aide en rien à faire la lumière sur ce qui est sans doute l’endroit le plus sombre de cette communauté. J’en viens même à me demander pourquoi aucun gratte-papier ne s’est encore intéressé à un tel sujet…

Mais le bruissement d’ailes me tire de mes réflexions. Isa était arrivée.
« C’est vous que je devais retrouver ? »
« Heu… oui… oui, c’est moi, dis-je hésitant, vous voulez vérifier ? J’ai ma carte de la Gazette si vous vou… »
« Inutile, coupa-t-elle, je suis pressée. Allons-y ! »

Suivre une fée n’est déjà pas chose facile, alors suivre Isa… elle me conduit rapidement devant une petite porte en bois massif, pas le genre de porte qu’un Orque peut défoncer aisément. « Seuls les coloriés en ont la clef », m’affirme-t-elle.La porte s’ouvre avec un grincement inquiétant, découvrant un escalier s’enfonçant dans le noir. Je ne distingue qu’une vingtaine de marches. Et dire que je n’ai pas pris de torche… enfin, j’ai l’essentiel : tout un sac de parchemins, des encriers de rechange et plusieurs plumes de braillards. Je cherche Isa du regard. Sa voix me parvient de l’intérieur : « Bon, vous venez ? Je n’ai pas toute la journée. » Son ton est pressant mais encourageant : il est toujours normal d’être impressionné les premières fois. Je me courbe pour passer l’encadrement de la porte et pénètre enfin dans la Cave. Isa m’adresse un sourire malicieux : « Vous avez franchi la première étape mais nous n’y sommes pas encore. Si vous voulez bien me suivre. »

Je m’exécute. La lumière filtre encore un peu, suffisamment pour me permettre de discerner les marches irrégulières sur lesquelles je pose mes pieds. Isa file à travers le boyau sans se préoccuper de mes difficultés croissantes. Cinq minutes déjà viennent de s’écouler et cet escalier me semble interminable. Seul le bruit de mes pas et les ailes de ma délicieuse guide troublent le silence. J’ose :
« Vous connaissez à peu près le nombre de marches de cet escalier ? »
« Le nombre de marches ? » Isa éclate de rire. « A vrai dire, je m’en tamponne le coquillard du nombre de marches ! Vous m’avez bien regardée ? J’ai des ailes, je vous signale ! »

Légèrement vexé, je poursuis ma descente. Il fait maintenant noir comme dans un donjon de Hauteroche. Isa diffuse maintenant une petite lumière lunaire qui me permet de mieux progresser. Soudain, j’entends un genre de craquement. Je m’arrête net, essayant de déterminer l’origine du bruit.
« Hé bien ? Que se passe-t-il mon jeune ami ? Ne soyez pas sur les nerfs à ce point. Cette marche aurait bien besoin d’être rafistolée. Il faudra que j’en parle à Auboustou… »
« SILENCE !!! »
« Et ça, dis-je apeuré, c’était quoi ? »
« SILENCE BON SANG !!! »
« Ah ça…, Isa s’est approchée de mon oreille, c’est le Silence qui ne supporte pas d’être dérangé. Il faut croire que la cave est l’endroit est idéal pour lui. »
« Fascinant. »
« MAIS SILENCE QUOI A LA FIN ! »
« Venez vite, inutile de s’attarder ici, nous y sommes presque. »

Effectivement, quelques paliers plus bas, nous débouchons sur une vaste salle aux dimensions gargantuesques. Ça et là, quelques cristaux émettent une pâle lueur, sans doute d’origine magique. Je pousse un sifflement d’admiration. Il y en a de toutes les tailles : le plus petit a la taille d’une larve kwama ; le plus gros, même s’il devait être taillé, ferait encore trois la hauteur de la statue du Dragon Impérial de Cœurébène. Les reflets et les ombres semblent jouer et danser ensemble, tantôt à cache-cache, tantôt dans un ballet majestueux. J’avance doucement dans la salle, totalement effaré par la beauté du spectacle qui s’offre à moi. C’est sans doute pour cette raison que je n’ai pas vu la chose qui se dirigeait droit vers moi à ce moment-là…" ''

Malheureusement le contact avec notre cher reporteur, Zozio, fut perdu. La direction a (ndr: C'est pas vrai, on a rien fait ! ), d'une façon très noble (ndr: Ah oui, maintenant que vous le dites, nous avons vaillement pris le téléphone pour contacter l'administration), vaillement pris le téléphone pour contacter l'administration (ndr: Hé ! Arrêtez de répéter ce que je dis !) de Wiwiland (ndr: non mais...). Isa a nié avoir été en contact avec Zozio, en tout cas pas jusqu'à qu'un ogrim aigri ne l'ai honteusement avalé. Nous ne savons donc pas, à l'heure actuelle, ce qui a bien pu lui arriver.

Par Zozio (ndr: blabla condoléance à la famille blabla) et Roro (ndr: plagieur...)

(ndr: Pour envoyer des dons à la famille de Zozio, écrivez à « 15, nid du Grand Chêne, Amazonie, Brésil, 23/02/1984 cedex)

(ndr: Suzanne, vous me ferez penser à renvoyer ce Roro, il n'a fait que prendre un article de Zozio à son compte pour le publier... En plus il a soudoyé des gens pour le faire traîner quelques temps dans la boîte aux lettres. Et vous appellerez Zozio pour lui donner 55% des fonds récoltés par son décés, comme convenu. Et puis apprenez à faire le café, mince... Comment cela? Vous ne vous appellez pas Suzanne? Roger? Ça c'est fou, le personnel de nos jours... Roger, si je décide de vous appeler Suzanne, je vous appellerais Suzanne. Et éteignez ce phonoscript Suzanne, faudrait pas que les lecteurs voient à quel point vous êtes manche...)