Une journée comme les autres à l'Université wiwilandaise : premier cours de boudage.

C'est dans un amphi plein un craquer de quatre personnes, que Finraïl, professeur ès-boudage émérite et auto-nominé, fit son entrée, suivit de très près par son ventilateur dorsal. Comme à l'acoutumée, les étudiants occupèrent tout l'espace possible, ce qui est, et vous m'en croirez sur parole, difficile avec quatre étudiants pour un amphi de 250 places.

Chose rare dans nombre de facultés, la parité estudiantine était présente, avec deux demoiselles pour deux jeunes hommes. Enfin, jeunes hommes... il fallait le dire vite, car Jean-Louis était l'un deux. Jean-Louis, son collègue testeur, victime lui aussi de la tyrannie administratrice... Cette parité ne surpris pas Finraïl, qui avait pris soin, dix minutes auparavent, de regarder la liste des nombreux inscrits à son cours. Il y avait Jean-Louis, donc, Kira, une jeune femme inscrite avec entousiasme, Tailvor Monvélo, un jeune homme, et une certaine Wolfkilleur (d'après son collier), qui avait atterri là on ne savait comment...

"viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim" faisait le ventilateur, pendant que Finraïl tentait de surélever sa voix : "Chers étudiants, je voudrais tout d'abord commencer par vous remercier d'avoir choisi ce cours, et j'espère que vous y apprendrez des choses plus qu'utiles, c'est pourq..." "Professeur!..." Une des demoiselles estudiantines interrompit le Maître dans son monologue. Le lecteur attentif aura probablement deviné que l'insolente risque de se prendre un gros sermon, qu'elle n'aura pas volé par ailleurs. Nan mé ho!

"viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimm" "Quel est votre nom, mademoiselle?" "Kira, professeeeur..." "Mademoiselle Kira, pourquoi m'interrompez-vous? Ne constatez-vous pas que le cours a débuté?" "Je voulais vous apporter ce présent avant de commencer le cours, professeeeur..."

L'elfe ne put s'empecher un profond soupir... Halalaaaa... c'est toujours pareil...

Puis de reprendre : "vvvvvviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimmmmmmmmmmmmmm" "Bon, très bien... apportez moi cela, mademoiselle." "Voici pour vous, professeuur..." "Voyons cela... Une pomme? Que voilà un présent peu commun." "Offir une pomme rouge à son professeur préféré est une coutume ancienne... C'est un gage de reconnaissance..." dit-elle, les yeux papillonants. "Ah... et bien, je l'ignorais, euh... merci... Ahem. Reprenez votre place, s'il vous plaît."

Ce n'est qu'une fois la demoiselle assise, et après avoir retrouvé son aplomb, que Finraïl repris son monologue.

"Ou en étais-je? Ah oui! Le but de ce cours est de vous apprendre les meilleures techniques de boudage, en vue d'une utilisation optimale contre l'admnistration wiwilandaise. En effet, nombreux sont les coups bas portés par celle-ci, et trop peu nombreuses sont les réactions de mécontentement. Grâce aux TP, vous allez apprendre à maîtriser cet art manié notamment par la gente féminine depuis des millénaires. Pour les demoiselles ici présentes, j'essaierai de pousser au plus loin les concepts de la boudation, afin que vous puissiez tirer quelque chose de ce cours. J'avais prévu quantités de notes, mais on m'a reproché des notes de frais trop importantes et retiré mon matériel. Je vais essayer de ne pas faire trop décousu avec mes maigres notes, et m'excuse par avance d'éventuels trous de mémoire. Bien, passons sans plus attendre à un peu de théorie sur le sujet..."

Bien qu'un cours comme celui-ci, enseigné par un être dont le charisme semble sans borne, soit un rêve pour nombre de lecteurs de goûtet d'étudiants éclairés, l'auditoire semblait de plus en plus fébrile, pour ne pas dire assomé. Ce comportement n'échappa à l'elfe omniscient, qui délama au bout de quelques deux heures de théories fumeuses : "Jean-Louis? Etes-vous avec nous?" "vvviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim" "Que? Qui? Hein?" "Je disais, êtes vous avec nous?" "Heu..." "Il travaillait sa pratique, professeuuur..." Encore à se mêler des conversations, celle-ci. "Je vous demande pardon?" "Professeuur, il me semblait que Jean-Louis, comme nous tous ici, travaillait son boudage en boudant votre cours..." "Voilà, c'est ça que j'faisais!" "vvviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim" "Ah, très bien... Mais... si vous me permettez cette remarque, je préfèrerais que vous travailliez votre pratique pendant les séances de TP, et non pendant mon cours magistral. Est-ce d'ailleurs le cas de tous? Par exemple, cette autre jeune fille? Oui vous, là. Boudiez-vous?" "MIOUU." "Bien bien. Reprenons... Oh, et puis soyons fou..." Finraïl se précipita lentement vers le bureau, la liste d'étudiant trônant fièrement sur celui-ci. "M. Tavulor Nilvélo?" "Thalivor Naïlo, m'sieur." "C'est ce que j'ai dit. Pouvez-vous bouder? C'est un petit test simple pour évaluer votre niveau..." Tavil... Thalov... Thalimachin prit un air renfrogné très sérieux. "Pas mal, mais c'est un peu forcé, et vos traits sont trop marqués à mon goût. Vous là-bas, montrez-nous." "MIOUUUUU... MIOU MIOUUUU!" "En voilà une sympatique démonstration! Ce n'étais pourtant pas si difficile, n'est pas Talvior Nilao? Je sens que ces séances de TP vont vous être très profitables! Mademoiselle Kira, j'imagine que ce n'est pas la peine que vous nous fassiez une démonstration, en tant que femme, vous devez probablement maîtrisez votre sujet. Quant à Jean-Louis, je le connais. Sur ce... euh... quelqu'un a-t-il l'heure?" "viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim" "Miou!" "Euh..." "11h50, professeuuur..." "Déjà! Bon, il est l'heure de nous séparer. Je vous dit donc à bientôt pour un autre cours magistral la semaine prochaine. De plus, nous enchaînerons sur une séance de TP, alors soyez alertes. Bonne sie.. journée à tous et bon appétit!"

C'est les yeux probablement pleins d'émerveillement que les étudiants quittèrent l'amphitêatre. Le séduisant professeur, lui, avait déjà quitté les lieux, vaquant probablement à l'une de ses ingrates tâches administratives ou à ses recherches merveilleuses sur la bouderie. Pour nous lecteurs, ce ne fut encore qu'un instant trop bref dans ce monde fascinant de la vie wiwilandaise... Puissent-ils se répéter une fois de plus...

par Finraïl